Temoignages

La vieille femme grincheuse

0 commentaire 30 mars 2015

« La vieille femme grincheuse »… est un texte écrit par une vieille dame vivant en maison de retraite. La légende raconte que les soignants ont retrouvé cette lettre sous l’oreiller de la vieille patiente après son décès.

Ils ont trouvé là matière à réfléchir et l’ont partagé avec leurs collègues… Ce texte qui circule donc depuis déjà de nombreuses années dans les établissements de soins a refait surface récemment sur les réseaux sociaux, où il est même dit qu’il s’agit de l’oeuvre poétique d’un « vieil homme grincheux »…

Ce texte nous invite en tant que soignant à prendre un peu de recul sur les patients âgés soignés au long cours dans les établissements de soins. Certains d’entre eux sont jugés « difficiles », « ingérables », ou encore « râleurs ».

L’éternelle question demeure : patient-objet ou patient-sujet ? Que voit-on quand on soigne ? Qui voit-on au-delà du patient ? De qui prend-on soin et comment le fait-on ? Sous leurs airs « grincheux » des personnes bien vivantes sommeillent, ne demandant qu’à être réveillées, stimulées sur leur être profond. Ne pas les distinguer derrière leur armure de vieille personne ne s’apparente-il pas à une forme de maltraitance ordinaire?

Rappelons, en effet, que la promotion de la bientraitance et son corollaire la prévention de la maltraitance sont aujourd’hui des enjeux majeurs pour notre système de santé.

Bonne lecture!

«Que vois-tu, toi qui me soignes, que vois-tu ?
Quand tu me regardes, que penses-tu ?
Une vieille femme grincheuse, un peu folle,
le regard perdu, qui bave quand elle mange et ne répond jamais
quand tu dis d’une voix forte « essayez » et qui
semble ne prêter aucune attention à ce qu’elle fait…
Qui docile ou non, te laisse faire à ta guise,
le bain et les repas pour occuper la longue journée.

C’est ça que tu penses, c’est ça que tu vois ?
Alors ouvre les yeux, ce n’est pas moi.
Je vais te dire qui je suis, assise là, tranquille,
me déplaçant à ton ordre, mangeant quand tu veux…
je suis la dernière des dix, avec un père, une mère;
des frères, des soeurs qui s’aiment entre eux…
Une jeune fille de seize ans, des ailes aux pieds,
rêvant que bientôt elle rencontrera un fiancé…

Déjà vingt ans, mon coeur bondit de joie
au souvenir des voeux que j’ai fait ce jour-là.
J’ai vingt-cinq ans maintenant et un enfant à moi,
qui a besoin de moi, pour lui construire une maison…

Une femme de trente ans, mon enfant grandit vite ;
nous sommes liés l’un à l’autre par des liens qui dureront…
Quarante ans, bientôt il ne sera plus là,
mais mon homme est à mes cotés et veille sur moi.
Cinquante ans, à nouveau jouent autour de moi des bébés.
Nous revoilà avec des enfants, moi et mon bien-aimé.
Voici les jours noirs, mon mari meurt.

Je regarde vers le futur en frémissant de peur
car mes enfants sont très occupés pour élever les leurs
et je pense aux années et à l’amour que j’ai connus.

Je suis vieille maintenant et la vie est cruelle et
elle s’amuse à faire passer la vieille pour folle.
Mon corps s’en va.
Grâce et forme m’abandonnent.
Et il y a une pierre là où jadis il y avait un coeur.
Mais dans cette vieille carcasse, la jeune fille demeure.

Le vieux coeur se gonfle sans relâche.
Je me souviens des joies et des peines.
Et à nouveau je revis ma vie et j’aime…
Je repense aux années trop courtes et trop vite passées
et accepte cette réalité implacable.

Alors, ouvre les yeux, toi qui me regarde et qui me soigne.
Ce n’est pas la vieille femme grincheuse que tu vois…
Regarde mieux et tu verras…»

Partagez votre avis

Laissez un commentaire

Qui sont les Papy Boomers ?

Le site les papy-boomers est né de la volonté d’une jeune directrice de maison de retraite Alexandra Rossignol de lever les tabous sur les établissements accueillants les personnes âgées.

Son but est de partager des expériences vécues dans nos établissements au jour le jour.

Rejoignez-nous sur Facebook !

Suivez-nous sur Twitter !

© 2017 Nos Papy Boomers. Motorisé par WordPress. et rédigé par Alexandra Rossignol