Sante

Point sur « La visite longue pour maladie d’Alzheimer »

0 commentaire 05 mars 2013

Visite longue Alzheimer

Pour améliorer la prise en charge à domicile des personnes atteintes d’une maladie d’Alzheimer ou d’une maladie apparentée, une « Visite Longue » a été créée dans le cadre du plan Alzheimer 2008-2012.

La Visite Longue au domicile du patient, réalisée par le médecin traitant est l’occasion de mieux situer le patient dans son cadre de vie habituel et de vérifier l’adéquation entre ses besoins, ceux de son entourage et les moyens mis en place.
Le déroulé de cette visite est adapté selon le stade de la maladie et son contenu ne remplace pas celui d’un suivi habituel.

Quel est le contenu de cette visite ?

Cette Visite Longue s’articule autour de plusieurs aspects :

– L’importance de parler du diagnostic

Parfois, les professionnels préfèrent ne pas nommer la maladie.
En effet, 32 % des médecins généralistes déclarent ne jamais annoncer le diagnostic de maladie d’Alzheimer à leurs patients alors que 91 % des Français souhaiteraient connaître leur diagnostic s’ils avaient des signes évocateurs d’une maladie d’Alzheimer.
Pourtant annoncer le diagnostic contribue à augmenter l’adhésion au projet de soins et aide la personne à faire face à l’avenir en lui permettant d’anticiper et de s’organiser.

– La réalisation d’une évaluation gérontologique

C’est une évaluation à la fois médicale, psychosociale et environnementale. Ce n’est pas une évaluation gériatrique standardisée. Dans le cadre de cette visite, certains éléments sont privilégiés. Il s’agit notamment des chutes, du poids, de la désorientation spatiale, des conflits et du sommeil. Cinq éléments qui sont de bons indicateurs pour suivre l’évolution de la maladie.

– Le repérage des besoins du couple aidant/aidé et de l’implication de l’aidant tout au long de la journée

Le médecin traitant demande comment se déroule très concrètement une journée avec le patient et l’aidant, cela permet d’identifier les besoins nouveaux et envisager des aides possibles.
Cela permet également d’identifier les moments difficiles et ceux où cela se passe bien.
Il s’agit de repérer sur quoi et en quoi l’aidant est impliqué dans la vie de tous les jours, et particulièrement là où il est compétent, où il souhaite continuer de faire et où il pourrait être relayé. Cela peut être aussi bien un besoin d’aide pour aller se promener que pour faire sa toilette.
En même temps, il s’agit de faire le point sur les interventions des professionnels en proximité avec le patient et l’aidant.

Visite longue Alzheimer

– Les dispositifs de coordination, d’aide et de prise en charge existants

La  Visite Longue  permet de faire un point avec le patient et l’aidant sur les dispositifs existants.
C’est l’occasion où le médecin informera sur les MAIA (maisons pour l’autonomie et l’intégration des malades d’Alzheimer), les CLIC (centres locaux d’information et de coordination), les accueils de jour Alzheimer, les plateformes d’accompagnement et de répit pour les aidants, l’association France Alzheimer, …
Il abordera également les aides financières dont le patient peut bénéficier : APA, Aide sociale, prise en charge à 100% pour les soins…

– L’anticipation de l’avenir

Cette consultation est aussi l’occasion de parler du mandat de protection future et des directives anticipées, lorsque la personne est encore peu affectée et si le moment est opportun.

– Le repérage des souffrances et des signes d’épuisement de l’aidant

La  Visite Longue sera l’occasion d’apprécier la situation physique et psychologique de l’aidant.
« Sur une échelle de 0 à 10, « 0 » signifiant pas fatigué du tout et « 10 » extrêmement fatigué, quelle note donneriez-vous à votre fatigue en ce moment? »
« Avez-vous parlé de la maladie à quelqu’un de votre entourage? »
« Avez-vous arrêté des activités de loisirs auxquelles vous teniez? »
« Vous sentez-vous triste, sans aucun moment de gaieté dans la journée? »

Souvent les aidants familiaux (conjoint, enfant ou autre personne proche) ne prennent pas de temps pour eux, ni pour se distraire, ni pour s’occuper d’eux.

Si l’aidant ne va pas bien, le médecin traitant de l’aidé fera le lien avec le médecin traitant de l’aidant qui lui proposera des formations et des réunions d’information et d’aide aux aidants.

– La prévention de la iatrogénie médicamenteuse

La polymédication est très fréquente chez le sujet âgé, souvent justifiée en raison des pathologies associées, mais elle majore le risque iatrogénique.
Cette iatrogénie médicamenteuse, souvent grave, est évitée grâce à une réévaluation régulière des prescriptions prenant en compte les comédications (y compris les médicaments d’automédication), la fonction rénale, etc. afin d’éviter surdosage et interaction médicamenteuse. La visite longue est le moment de réévaluer les prescriptions.

Source: INPES Santé

Partagez votre avis

Laissez un commentaire

Qui sont les Papy Boomers ?

Le site les papy-boomers est né de la volonté d’une jeune directrice de maison de retraite Alexandra Rossignol de lever les tabous sur les établissements accueillants les personnes âgées.

Son but est de partager des expériences vécues dans nos établissements au jour le jour.

Rejoignez-nous sur Facebook !

Suivez-nous sur Twitter !

© 2017 Nos Papy Boomers. Motorisé par WordPress. et rédigé par Alexandra Rossignol