Alternatives, MAINTIEN A DOMICILE

La bientraitance à domicile

0 commentaire 21 août 2014

La bientraitance est souvent évoquée lorsqu’il est sujet des maisons de retraite alors que la majorité des personnes âgées vivent à leur domicile.

Alors, qu’en est-il de la bientraitance des personnes prises en charge à domicile ?

L’Agence nationale de l’évaluation et de la qualité des établissements et services sociaux et médico-sociaux (ANESM) s’est associée à plusieurs institutions (Caisse nationale d’assurance vieillesse, Institut national de prévention et d’éducation pour la santé, Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie, …) afin de mener une enquête nationale sur les pratiques concourant à la bientraitance dans les services qui interviennent auprès d’adultes à domicile, personnes âgées ou handicapées.

La bientraitance est ici entendue comme « la culture qui inspire les actions individuelles et les relations collectives au sein d’un établissement et d’un service afin de promouvoir le bien être de l’usager en gardant à l’esprit le risque de maltraitance. »

L’étude menée par l’ANESM comporte deux volets : le premier porte sur l’enquête réalisée d’avril à juillet 2013 par le biais de questionnaires auprès des services à domicile. Le second porte sur une enquête qualitative de recueils d’avis menée auprès des personnes âgées et de leurs proches.

L’ANESM vient de publier l’analyse des résultats du premier volet de l’enquête.

Ces résultats montrent que les services d’accompagnement à domicile travaillent pour plus des deux tiers (83%) sur la personnalisation de leurs prestations (projet personnalisé ou plan d’intervention ou de soins) et s’inspirent des recommandations publiées par l’ANESM.

Toutefois, la mise en œuvre simultanée de l’ensemble  de ces recommandations, notamment celles relatives aux attentes de la personne et au projet personnalisé, restent rares.

Ainsi, seuls 5% des services mettent en place trois volets dans le projet personnalisé (vie quotidienne, soins, vie sociale), élaborent ce projet de manière collective et mettent en œuvre un suivi et une réévaluation structurée du projet. La prise en compte des besoins, des attentes mais aussi de l’avis des personnes accompagnées sur les prestations fournies doit donc être améliorée.

L’enquête révèle que le projet personnalisé est plus souvent mis en œuvre par les services qui accompagnent principalement des personnes handicapées.  En effet, les services qui accompagnent les personnes âgées ont une mauvaise connaissance du principe de projet personnalisé. Ils recueillent moins souvent leurs habitudes et leur histoire de vie. Ils évaluent peu les ressources financières des personnes. En revanche, ces services disposent majoritairement de dispositifs de prévention et de gestion des risques liés à la vulnérabilité des personnes.

L’évaluation des risques de souffrance psychique (démence, dépression, isolement, suicide) n’est pas suffisamment développée dans les services à domicile en raison du manque d’intervenants formés et d’outils formalisés. De même, la recherche de la juste place des proches demeure insuffisante.

De nombreux services engagent leurs professionnels à se former à l’accompagnement des personnes en fin de vie ou atteintes de maladies neurodégénératives. Certains services, notamment les services d’aide et d’accompagnement à domicile rencontrent des difficultés pour organiser en interne des temps d’échanges entre les professionnels.

La coopération entre les personnes qui accompagnent la personne se traduit le plus souvent par l’utilisation d’un cahier de liaison, l’organisation de réunions de coordination, voire la mise en place de conventions entre les professionnels, par exemple avec les services de soins palliatifs.

En 2012, 23% des services interrogés avaient effectué au moins un signalement pour suspicion de maltraitance sur un usager, majoritairement issue de la famille ou de l’entourage du patient. Ces signalements sont plus fréquents lorsque des outils de repérage ont été institués dans les services.

Partagez votre avis

Laissez un commentaire

Qui sont les Papy Boomers ?

Le site les papy-boomers est né de la volonté d’une jeune directrice de maison de retraite Alexandra Rossignol de lever les tabous sur les établissements accueillants les personnes âgées.

Son but est de partager des expériences vécues dans nos établissements au jour le jour.

Rejoignez-nous sur Facebook !

Suivez-nous sur Twitter !

© 2017 Nos Papy Boomers. Motorisé par WordPress. et rédigé par Alexandra Rossignol