ACTUALITES

La prise en charge des personnes âgées commence trop tardivement

0 commentaire 15 juillet 2013

Dans une interview accordée au monde, le professeur Bruno Vellas, chargé par le ministère de la santé de faire des recherches sur la prévention de la dépendance chez les sujets âgés a donné son avis sur la prise en charge des plus âgés.

Le professeur Bruno Vellas est chef du service de gériatrie au CHU de Toulouse et président de l’Association internationale de gériatrie et de gérontologie.

Pour lui, la prévention de la dépendance passe par une prise en charge multi domaine associant la nutrition, l’exercice physique, et la stimulation cognitive. Les médicaments ne pouvant à eux seuls être la solution.

Seulement aujourd’hui les personnes âgées ne sont aidées qu’à partir du moment où la dépendance lourde s’installe, ce qui n’est pas la solution.

Pour le professeur, afin d’éviter cela les médecins doivent repérer les sujets âgés fragiles donc « à risque » (polymédication, fonte musculaire, déclin de la mémoire, cataracte) afin de prendre des mesures préventives.

L’idée est d’éviter la perte d’autonomie, notamment physique, chez ces patients âgés. Perte d’autonomie qui une fois installée est irréversible.

Pour cela il préconise la mobilisation de ces patients pendant leur séjour à l’hôpital et au retour à domicile, au moyen d’exercices physiques, d’activités sociales, cognitives, de « gérontechnologies », d’une meilleure nutrition… autant de méthodes qui ne sont pas médicamenteuses. Et ce, en lien avec tous les acteurs de soins : médecin traitant, milieu social, aidants…

Prévention dépendance

Comment éviter que les sujets âgés basculent dans la dépendance ?

C’est la mission que les pouvoirs publics ont confiée au professeur Bruno Vellas.

Notre système de santé ne prend pas en compte de façon adaptée les personnes âgées fragiles, bien au contraire : toute l’organisation du système consiste à ne commencer une prise en charge gériatrique que lorsque la dépendance est avérée, donc trop tardivement, avec des coûts très élevés.

A titre d’exemple, quand une personne demande l’allocation personnalisée d’autonomie (APA), c’est à l’évidence un signe de fragilité. Quand la dépendance est installée on va lui donner des aides, mais sans vraiment rechercher les causes ayant abouti à la dépendance.

En revanche, si le patient n’est « pas assez » dépendant, on lui demande de revenir plus tard à un stade plus sévère, en quelque sorte quand il ira plus mal, pour enfin bénéficier d’aides, mais quand il est trop tard pour agir de façon vraiment efficace!

Il est donc fondamental de mieux prendre en charge les sujets âgés, ce qui, au-delà de l’aspect humain, générerait en outre des économies importantes : un bon système de prévention de la dépendance permettrait à terme d’économiser 10 milliards d’euros, selon l’Assemblée des départements de France.

Source: Le Monde

Partagez votre avis

Laissez un commentaire

Qui sont les Papy Boomers ?

Le site les papy-boomers est né de la volonté d’une jeune directrice de maison de retraite Alexandra Rossignol de lever les tabous sur les établissements accueillants les personnes âgées.

Son but est de partager des expériences vécues dans nos établissements au jour le jour.

Rejoignez-nous sur Facebook !

Suivez-nous sur Twitter !

© 2017 Nos Papy Boomers. Motorisé par WordPress. et rédigé par Alexandra Rossignol